• Aurélie MOY

Axe de contournement sud : un projet qui date du siècle dernier

La construction de l’axe de contournement au sud de la ville de Saint-Brieuc a commencé en 1996 : c’est un projet du siècle dernier au sens figuré comme au sens propre. Avoir commencé un projet ne justifie pas de le terminer. Les temps ont changé. La réalité de 2021 est bien différente de celle de 1996 au moment où ce projet a été imaginé.


Voilà pour rappel quelques vérités scientifiques sur le monde dans lequel nous vivons :

  • La planète s’est déjà réchauffée de plus de 1°C. Les trajectoires du statu quo nous conduisent jusqu’à +5°C de réchauffement d’ici la fin du siècle, ce qui est équivalent à la différence entre une période glaciaire et une période interglaciaire, à un rythme 100 fois plus rapide que les évolutions naturelles de la terre.

  • La Stratégie Nationale Bas Carbone a pour objectif une division par 4 de nos émissions en 30 ans, via notamment une diminution du trafic routier.

  • Les ressources, notamment en énergies fossiles, ne sont pas illimitées. L’Institut Français du Pétrole nous informe que la probabilité d’un choc pétrolier à horizon 2025 (donc avant même la fin des travaux de cette rocade) est loin d’être négligeable.

La matérialité du monde ne se négocie pas. Le tout voiture, de gré ou de force, il faut l’oublier. Nous avons peut-être baigné dans cette vérité là toute notre vie, mais ce paradigme n’est plus possible pour les personnes de ma génération.


Ce projet conforte aveuglément le scénario du statu quo, du “business as usual”, celui qui prolonge les tendances des dernières décennies sur tous les indicateurs socio-économique et biophysiques, en ignorant les limites planétaires qui provoquent l’effondrement de nos systèmes. Ces trajectoires linéaires, d’augmentation continue du trafic routier, ne prennent pas en compte les non-linéarités de notre système terre qui s’emballe lorsque certains seuils sont dépassés.


J’ai 27 ans, et comme beaucoup de jeunes aujourd’hui, je souffre d’éco-anxiété : ce mélange d’émotions négatives qui nous prend quand on prend conscience de la gravité de la crise écologique et les chocs qu’elle annonce dans un futur proche. Les discours de la majorité sur cette rocade font gonfler en moi cette éco-anxiété comme un ballon de baudruche prêt à exploser de tristesse, de peur et de dégoût.


Regardons droit dans les yeux une carte des zones du monde inhabitables dans un monde à +5°C. Renseignons-nous sur les records de température prévus dans les prochaines décennies, même ici en Bretagne. Allons à la rencontre des agriculteurs et demandons leur comment ils comptent produire notre nourriture dans un monde sans saison ravagé par les événements climatiques extrêmes. Essayons d’imaginer comment les sociétés humaines réagiront dans un monde au climat chaotique et aux centaines de millions de réfugiés climatiques poussés loin de chez eux par la montée des eaux et la hausse des températures.


La majorité de l’agglomération de Saint-Brieuc a décidé d’investir des millions d’euros dans ce projet, obsolète avant même d’être achevé. Elle donne le feu vert à la poursuite de ce projet déconnecté de la réalité écologique de notre monde, allant à l’encontre de la vie sur terre.

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout