• Richard ROUXEL

Boris nous rejoint


Suite à la démission d’Aurélie Moy, Boris Guillou devient conseiller municipal. En ouverture du dernier conseil municipal, il n’a pas manqué de saluer celle à qui il succède. Il partage avec elle le goût des défis.

Le contexte particulier, le « retour de la guerre en Europe » (sic), a retenu mon attention dans son message. Lorsque Boris nous dit « qu’il est pourtant tellement simple de comprendre que la guerre n’est jamais un moyen pour construire l’avenir et que chaque peuple doit pouvoir décider de son propre destin », ces mots ont un écho particulier dans l’action publique et politique. En effet, la querelle qui colle à l’image de ceux qui s’engagent est tout autant stérile quand elle ne s’attache pas à définir l’intérêt général mais plutôt à exprimer des rancœurs dont les fondements sont souvent flous.

Je pense comme Boris, et j’imagine que les conseillers du groupe sont sur la même ligne, qu’il est « important de réaffirmer sans cesse que seul le débat d’idées permet de défendre ses convictions. De la confrontation des idées sort généralement le meilleur. Seule cette méthode permet de construire l’avenir dans le respect de chacun ».

Nous continuons à vouloir construire l’avenir de Saint-Brieuc grâce au mandat que vous nous avez confié. L’exercice de ce mandat dans la minorité est compliqué, sans décharge de temps, entre contraintes professionnelles, personnelles, familiales, sociales. L’arrivée d’un conseiller est un souffle nouveau. Le départ d’un(e) autre un souvenir ému et une expérience pour chacun.

Nul doute que Boris saura faire valoir ses convictions, ses compétences et ses talents au service de l’intérêt général.

22 vues0 commentaire