• Les élus du groupe

Saint-Brieuc n'a plus le temps d'attendre !

Enfin la majorité municipale a présenté une délibération en vue de confier à un aménageur la possibilité de racheter et restructurer des immeubles en centre-ville.

Ce projet que nous portions lors des élections municipales et qui avait fait consensus entrevoit enfin le jour. À travers lui, c’est la mère des batailles qui se joue pour Saint-Brieuc : regagner des habitants, retrouver de la mixité sociale afin d’éviter de concentrer toutes les fragilités sociales aux mêmes endroits, retrouver une dynamique commerciale et économique.

Malgré la nature des enjeux et alors que les études nécessaires à la mise en œuvre de cette politique ont été réalisées en 2019, il aura fallut attendre 2 ans pour qu’une délibération au minimum concrète soit présentée. Sans doute le temps que la majorité municipale s’approprie le dossier et se sente prête à avancer.

Si nous pouvons nous réjouir que le Maire et ses élus aient fait preuve de réalisme en renonçant à un portage en régie tel qu’ils l’avaient promis - la ville n’ayant ni les moyens, ni l’expertise nécessaires - le projet proposé demeure évanescent.


Outre l’identité et la forme juridique de la future structure qui portera cette politique, le projet persiste à rester inabouti et minimaliste.


La communauté d’agglomération qui porte la politique d’aménagement du territoire, d’habitat et de l’économie n’a pas été invitée à une réflexion commune et n’est donc pas partie prenante du projet. Les conséquences sont lourdes. Non seulement elle ne sera pas contributrice budgétairement au financement de cette politique mais elle n’y sera pas liée. Or quel sens a une politique de reconquête des friches urbaines et de l’habitat insalubre ou abandonné - dont le coût de restructuration sera lourd - à Saint-Brieuc si la communauté d’agglomération poursuit l’étalement urbain en périphérie ?


Les quartiers quant à eux sont ignorés. Notre Ville doit évidemment apporter un effort majeur en centre-ville mais les quartiers ne doivent pas pour autant être négligés. De tous temps Saint-Brieuc s’est construite sur ses quartiers. Or nombre d’entre eux mériteraient une action publique similaire pour retrouver des commerces de proximité tant le lien social y est aussi indispensable que menacé.

Une véritable politique d’aménagement du territoire à travers la restructuration d’immeubles, de friches et d’îlots doit être l’occasion de dessiner les contours d’une ville apaisée, solidaire et désirable.


Le temps n’est plus aux petits ajustements qui ignorent l’immense défi de redensification de Saint-Brieuc, qui a perdu en moins de 50 ans près du 1/4 de sa population. Le renforcement de Saint-Brieuc est l’affaire de tous et de la responsabilité de chacune des collectivités territoriales.

Au revoir Richard, bienvenue Jean-Christophe, pensée à Louise-Anne


Richard Rouxel, après avoir conduit la liste de rassemblement au 2nd tour des municipales, s’est engagé avec dévouement, passion et désintéressement en faveur de Saint-Brieuc et de chacune et chacun de ses habitants.

La politique n’étant pas un métier et ne saurait l’être, sa vie professionnelle l’a conduit vers La Réunion. L’ensemble du groupe de la minorité le remercie pour son action.


C’est Jean-Christophe Le Got qui entrera en septembre prochain au conseil municipal. Il est fortement impliqué dans la vie associative et sportive de la Cité et saura être un relais des préoccupations les plus concrètes de ces acteurs.

Ce passage de flambeau est aussi l’occasion d’avoir une pensée émue en faveur de Louise-Anne Gautier qui nous a tragiquement quitté l’an dernier et aurait dû revenir au conseil municipal après avoir été adjointe au Maire de 2017 à 2020 en charge de l’environnement et des mobilités douces. Nous avons pu lui rendre hommage à l’occasion de l’inauguration d’une œuvre d’art à Robien, quartier qu’elle habitait et aimait tant.

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout